Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MIEUX VIVRE LA VILLE-AUX-DAMES

MIEUX VIVRE LA VILLE-AUX-DAMES

Notre association oeuvre sur des valeurs de progrès social, d’écologie, de solidarité et de laïcité. Les objectifs iront donc naturellement vers la promotion de la citoyenneté et le développement du lien social par l’instauration de débats et d’initiative vers la culture, l’environnement et le sport, la défense des services publics, la communication d’informations portant sur des événements susceptibles d’influencer le cadre ou le mode de vie des Gynépolitains.


Le professeur Marc Dufumier, agronome et expert auprès de la FAO était à la Ville-aux-Dames ce mardi 25 septembre 2012...

Publié par mieuxvivrelavilleauxdames sur 26 Septembre 2012, 08:31am

Catégories : #EVENEMENTS !!

Mais qui est Marc Dufumier ?

  

Professeur d’agriculture comparée et développement agricole à AgroParisTech

(Institut des sciences et industries du vivant et de l’environnement)

 

Membre du conseil stratégique de l’agriculture et de l’agro-industrie durables (CSAAD) du Ministère de l’agriculture et de la pêche (MAP)

 

Membre du Comité de veille écologique de la Fondation Nicolas Hulot

 

 

Ses   SPÉCIALITÉS :

 

-          Politiques et programmes de développement agricole durable en PVD

-          Suivi-évaluation de projets de développement agricole et rural

-          Analyse-diagnostic des systèmes agraires

-          Réformes agraires

-          Sécurité alimentaire

 

Ses   EXPERIENCES PROFESSIONNELLES :

 

1977 à aujourd’hui : Enseignant-chercheur à l’Institut National Agronomique Paris-Grignon (INA-PG, devenu depuis lors : AgroParisTech)

 

De 1989 à 1996 : Président de l’Institut de Recherche et d’Application des Méthodes de Développement (IRAM)

 

De 1997 à 1998 : Président du Comité de Coopération avec le Laos (CCL)

 

Nombreuses missions d’expertise dans plusieurs pays en voie de développement : Mexique, Guatemala, Salvador, Nicaragua, Costa Rica, Haïti, République dominicaine, Dominique, Sainte Lucie, Grenade, Venezuela, Équateur, Pérou, Chili, Brésil, Argentine, Algérie, Mauritanie, Sénégal, Mali, Niger, Burkina Faso, Côte d’ivoire, Cameroun, Burundi, Congo, Namibie, Afrique du Sud, Madagascar, Mongolie, Cambodge, Laos, Vietnam, Thaïlande, Indonésie, Philippines, etc. 

 

 

 LE DEBAT organisé par InPACT 37,qui a réuni 200 personnes environ salle Maria Callas, portait sur :

 

 "Agriculture et environnement - Peut-on nourrir tout le monde et préserver les ressources naturelles ?"

 

 Des associations  (InPACT 37, SEPANT), des syndicalistes paysans (Confédération Paysanne et Coordination Rurale) et Christophe Boulanger, Vice-Président du Conseil Général étaient également présents pour débattre de ce qui intéresse tous les citoyens, à savoir, quel avenir pour notre agriculture ? Celle-ci sera-t-elle capable de nourrir tout le monde dans des conditions décentes et avec des produits de qualité tout en préservant l'environnement, que ce soit la biodiversité et les ressources naturelles ?

  

 Autant de questions auxquelles les débateurs ont tenté de répondre alors que beaucoup de difficultés ont été pointées du doigt par ceux-ci : baisse des ressources en eau alors que celles-ci sont polluées par les rejets divers (nitrates notamment...), la biodiversité (disparition des abeilles par exemple qui permettent la fertilisation des plantes...), des pratiques agricoles favorisant souvent la quantité au détriment de la qualité, permettre à tous de pouvoir accéder dans des conditions socialement normales à des produits de qualité par des circuits d'approvisionnements courts, en production locale tout en conservant  suffisamment des terres agricoles, y compris en zone péri urbaine.

 Se donner tous les moyens pour arriver à ce résultat doit également passer par une éducation auprès des plus jeunes, sensibiliser les populations à une consommation responsable...

  

Pour une agriculture écologique, tel est l'enjeu qui s'ouvre à tous, y compris dans notre commune où le bétonnage accru a réduit les parcelles agricoles, là où, de jeunes agriculteurs auraient pu permettre une offre importante en produit de qualité et en toute proximité, permettre aux enfants des écoles et du Centre de Loisirs de pouvoir toucher à une nourriture de qualité, qui puisse préserver leur santé et leur avenir... aux gynépolitains de pouvoir consommer local grâce à une production locale.

 Des défis qui peuvent encore s'accomplir si les habitants de notre commune sont prêts à infléchir l'avenir !!

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents