Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MIEUX VIVRE LA VILLE-AUX-DAMES

MIEUX VIVRE LA VILLE-AUX-DAMES

Notre association oeuvre sur des valeurs de progrès social, d’écologie, de solidarité et de laïcité. Les objectifs iront donc naturellement vers la promotion de la citoyenneté et le développement du lien social par l’instauration de débats et d’initiative vers la culture, l’environnement et le sport, la défense des services publics, la communication d’informations portant sur des événements susceptibles d’influencer le cadre ou le mode de vie des Gynépolitains.


Pour le soldat Duvelle... un monument à l'abandon !

Publié par mieuxvivrelavilleauxdames sur 14 Décembre 2012, 22:59pm

Catégories : #ENQUETE !!

Cette semaine la Nouvelle République a relaté l'indignation de Michel Laurencin sur le mauvais état de l'obélisque qui se trouve sur la levée de la Loire face au camping de la Ville-aux-Dames, posé en cet endroit en mémoire du soldat Duvelle, mort pour son courage alors qu'il tentait avec d'autres soldats de sauver sans doute des gynépolitains en détresse lors de la crue de 1866 et de l'inondation de notre commune.

Notre association peut s'enorgueillir de ne pas oublier le soldat Duvelle, notamment encore cette année lors des Journées du Patrimoine où nous sommes allés voir l'obélisque, ce qui nous a permis d'aborder une fois de plus les dangers des crues de la Loire toujours possibles malgré toutes les précautions prises.

En ce qui nous concerne, il est clair que ce monument, symbole des risques que le fleuve royal peut faire courir aux populations doit être entretenu, et ne doit pas sortir des mémoires. L'entretien pourrait être fait bien sûr par le Conseil Général, mais aussi par les trois communes : Montlouis-sur-loire, la Ville-aux-Dames et St Pierre-des-Corps, elles doivent bien cela au soldat Paul Duvelle, eu égard à son sacrifice...

Nous nous permettons ci-dessous de publier l'article de la Nouvelle République.

 

 

 

Mort à 21 ans en portant secours aux victimes de l’inondation de 1866 entre Tours et Montlouis, le jeune soldat risque de sombrer dans l’oubli.

"Il est devenu urgent de procéder à un entretien du monument dédié à la mémoire de Paul Duvelle, estime Michel Laurencin. « Ce monument est aujourd'hui envahi par les herbes, le conseil général a été contacté il y a plus d'un an. Il conviendrait également de rappeler, par un support visible de la route, le geste de dévouement de ce jeune soldat afin que son acte de bravoure ne sombre pas dans l'oubli », poursuit cet agrégé d'histoire.

Un acte de bravoure qui remonte à septembre 1866, au moment où la Loire atteignait déjà 3,40 m au pont de Tours. « Pour tenter de protéger la ville et toute la plaine, 150 hommes des régiments de cavalerie et d'infanterie viennent d'être envoyés à Conneuil, la partie la plus faible de la levée de la rive gauche de la Loire, de Tours à Amboise. Le lendemain, 300 colons de Mettray ont été dirigés immédiatement à Conneuil pour y travailler à la consolidation des levées. Au matin du 29 septembre, la Loire marquait 5,50 m à l'étiage de l'entrée du canal où la crue a atteint 3 m en l'espace de seize heures.
« Ce 28 septembre 1866, à 21
h, la levée de Conneuil, entre Tours et Montlouis, a cédé sous la pression des eaux, malgré les efforts des sauveteurs. Près du point de rupture de la levée, un militaire de 21 ans du 1er régiment de lanciers de Tours, Paul Duvelle, périt victime de son dévouement en voulant porter secours aux habitants de La Ville-aux-Dames dont la commune est sous les eaux. Sur les 280 maisons de Saint-Pierre-des-Corps, 255 ont été totalement submergées. La barque, prise en travers des flots, a chaviré et le jeune soldat a disparu dans le torrent qui envahissait la plaine. Les autres occupants de la barque ont pu être sauvés. Le corps du jeune lancier ne sera retrouvé que le 2 octobre. » 

Son corps retrouvé quatre jours plus tard

Deux jours plus tard, les obsèques de Paul Duvelle ont lieu en l'église de Notre-Dame-la-Riche. Plus de 1.500 personnes y assistent, dont le préfet, les officiers de la garnison, des membres du conseil municipal, les autorités religieuses qui ont décidé de reloger 300 sinistrés à l'archevêché et au séminaire.

soldat-duvelle.jpg
Un an plus tard, le 13 octobre 1867 a lieu l'inauguration du monument en forme d'obélisque, élevé aux frais de l'archevêque
: une croix sculptée en pierre repose sur un socle d'un mètre de hauteur érigé sur le côté méridional de la route de Tours à Montlouis, à l'endroit où la levée a cédé, elle porte l'inscription: « Paul Duvelle, soldat au 1er lanciers, mort à l‘âge de vingt et un ans, victime de son dévouement lors de l'inondation de 1866. "

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents