Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

MIEUX VIVRE LA VILLE-AUX-DAMES

MIEUX VIVRE LA VILLE-AUX-DAMES

Notre association oeuvre sur des valeurs de progrès social, d’écologie, de solidarité et de laïcité. Les objectifs iront donc naturellement vers la promotion de la citoyenneté et le développement du lien social par l’instauration de débats et d’initiative vers la culture, l’environnement et le sport, la défense des services publics, la communication d’informations portant sur des événements susceptibles d’influencer le cadre ou le mode de vie des Gynépolitains.


ENQUETE : Du sélénium dans l'eau !!

Dans l’eau… trop de sélénium.

 

Le 23 mars dernier, un responsable de l’association UFC Que Choisir annonçait au micro de France Bleu Touraine que l’eau du robinet de la Ville-aux-Dames voyait sa norme dépassée en taux de sélénium. Qu’il valait mieux ne pas la consommer et qu’il avait prévenu le maire de notre commune. Il lui semblait évident que la population devait en être informée rapidement. Il relatait enfin qu’à sa grande surprise, il n’avait eu aucune réponse de la commune ni de notre maire. Cette déclaration faisait suite à une étude de l’association sur l’état de l’eau du robinet effectuée sur l’ensemble des communes de France.

 

A toutes fins utiles rappelons ce qu’est le sélénium ?

 

Le sélénium (Se) est un oligo-élément essentiel à notre métabolisme. Constituant indispensable de certaines enzymes anti-oxydantes, il participe à la lutte contre les radicaux libres, les fameux « agresseurs » de nos cellules et de notre ADN. Exerçant aussi un effet stimulant sur notre système immunitaire, il intervient sur le fonctionnement de l’hormone thyroïdienne.

A (très) fortes doses, le sélénium est toxique.  Mais il en faut pour cela plus de 900 µg par jour, – le µg est un millième de milligramme… - alors que l’apport journalier recommandé (AJR) est de 55µg/j, chez l’adulte. En France, nous en consommons environ 40ug/j, soit deux à trois fois moins que dans certains pays d’Amérique du Nord ou du Sud où les sols sont bien plus riches en sélénium qu’en Europe.

Le sélénium est présent à l’état naturel dans les sols et les roches donc, il se retrouve ensuite dans la chaine alimentaire via les végétaux dans lesquels il s’accumule, et les animaux qui les consomment. Les aliments qui en sont les plus riches sont les produits carnés tels que les rognons de porc ou de bœuf cru, mais aussi les fruits secs (particulièrement les noix du Brésil), les poissons (thon cru, calmar, limande…), les fruits de mer (huitres…) et les céréales.

Donc pas de danger avéré avec cet oligo-élément, essentiel pour notre santé si ce n’est qu’à « très forte dose », le risque sanitaire n’est évident qu’à partir de 1000 µg consommés et peut provoquer des nausées et/ou des vomissements, de la fatigue, associée le plus souvent à une perte de poids, une certaine irritabilité, des ongles cassants et une perte de cheveux importante.

Or, selon la société Véolia, prestataire en charge de la gestion et de l’assainissement de l’eau du robinet de la Ville-aux-Dames, il y aurait eu trois relevés montrant un dépassement au-delà de la norme autorisée de 10µg/litre, deux de 13 µg/l et un de 14 µg/l… depuis 2007. Donc pour Véolia, inutile d’en informer la population, ou plutôt cela se serait avéré nécessaire si la dose avait dépassé 20µg/liltre d’eau du robinet, suite à une circulaire européenne.

Ce qui paraît évident c’est que quel que soit le chiffre, 10 ou 20µg/l, étant donné que la norme autorisée est dépassée, il nous paraît évident d’informer la population. Certes le sélénium n’est pas un élément dangereux pour la santé publique mais si d’autres composants dangereux s’y étaient trouvés (pesticides, nitrates…), pouvons-nous penser que l’absence d’information aurait été du même acabit ? cette problématique démontre une fois de plus le manque évident de transparence avec une société privée en charge de l’eau du robinet sur notre commune, à contrario, une gestion publique aurait au moins permis une information pour la collectivité et donné les moyens de la transmission des informations quant à la qualité de l’eau à l’ensemble de la population avec les recommandations nécessaires à une santé publique respectée.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents