Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

MIEUX VIVRE LA VILLE-AUX-DAMES

MIEUX VIVRE LA VILLE-AUX-DAMES

Notre association oeuvre sur des valeurs de progrès social, d’écologie, de solidarité et de laïcité. Les objectifs iront donc naturellement vers la promotion de la citoyenneté et le développement du lien social par l’instauration de débats et d’initiative vers la culture, l’environnement et le sport, la défense des services publics, la communication d’informations portant sur des événements susceptibles d’influencer le cadre ou le mode de vie des Gynépolitains.


NOS ACTIONS !!

Nous ne sommes pas qu'une association de témoignage, nous sommes aussi dans l'action...

 

 

 

 


 

 

  

  


 

 

BALADE DECOUVERTE DU PATRIMOINE DE LA VILLE-AUX-DAMES :


    D'aucuns diront qu'à la Ville-aux-Dames il n'y a pas de château, oui mais notre commune a un passé. 

Entre Loire et Cher, elle fut sans doute le théâtre de convoitises par ses terres riches, commune rurale jusqu'aux années 1950, la Ville-aux-Dames a grossi en nombre d'habitations et donc en nombre d'habitants, en 1793 il y avait 660 habitants et le 1000 ème est dépassé en 1954 avec ... 1001 habitants, aujourd'hui notre commune compte officiellement 4997 habitants et devrait passer les 5000 rapidement.

   Notre association a donc décidé de faire découvrir aux gynépolitains un patrimoine existant, parfois un peu effacé mais à l'évidence encore intense dans les mémoires. Ce moment de partage et de rencontre avec des gynépolitains permet à tous de savoir que notre commune ne vit pas qu'au présent, mais que le patrimoine doit être préservé pour les générations à venir.

 

 

 

 

COMMEMORATION DE LA JOURNEE DES DEPORTES :

 

   Devoir de mémoire ou simple souvenir, un peu les deux, mais surtout il nous semble important de commémorer la mémoire des millions de femmes et d'hommes qui ont été assassinés par la machine de destruction nazie.

   Depuis 2009, nous déposons une gerbe au monument aux morts du cimetière et nous entendons le message de toutes les associations de déportés.

   Ce moment que nous voulons intense pour rappeler aux jeunes générations que l'Histoire peut bégayer, qu'il ne faut pas oublier que dans la situation où nous nous trouvons aujourd'hui les haines peuvent resurgir à tout moment et se transformer en crime contre l'humanité.

 

 

MARCHE DE NOEL :

 

 


   Comme chaque année depuis 2008, nous sommes présents sur le marché de noël, moment festif et heureux au cours duquel nous proposons à la vente quelques produits locaux. 

   Il est primordial pour nous de soutenir les producteurs locaux qui offrent des fruits, noix, etc... la soupe bio qui réchauffe en cette période hivernale... ce soutien permet de démontrer qu'une production locale et de qualité est possible mais aussi que, dans le même temps, il est absurde, à l'heure d'un besoin absolu de respecter l'environnement, il  est inadmissible d'acheter les mêmes produits venant de l'autre bout de la planète, ce qui engendre bien sûr des pollutions inutiles et ne permet plus à nos producteurs de vivre décemment.

 

 

EXPOSITION ET  CONFERENCE SUR L'EAU :

 

 

 

 

   En septembre 2009 nous avions fait une exposition sur l'eau, bien universel. Cette expo expliquait comment arrive l'eau jusqu'à notre robinet, et qu'elle doit faire l'objet de toutes les attentions, notamment sur les risques de pollution mais aussi que tout être a droit à l'eau sans que pour autant elle fasse l'objet d'un marchandage.

   A la Ville-aux-Dames, c'est l'entreprise privée VEOLIA qui fait des bénéfices en gérant l'eau mais aussi son assainissement, pour nous il primordial que la gestion et l'assainissement de l'eau à la Ville-aux-Dames soit gérée par un service public qui permette de réduire les coûts mais aussi d'avoir une plus grande transparence  pour les citoyens de notre commune et un véritable contrôle de ces gestions par les élus.

    Jean-Luc Touly, ancien cadre de chez VEOLIA, qui depuis longtemps a répertorié un grand nombre d'irrégularités dans la gestion des services d'eau de nombreuses communes était présent pour un débat fort intéressant et pertinent.

  Veuillez trouver ci-dessous l'adresse de son site internet : 

 

http://www.acme-eau.org/

 

 

A titre d'exemple voici un article de l'Humanité sur le prix de l'eau :

 

Dans l'Humanité du 29.11 : Il est possible de faire payer le mètre cube moins cher aux consommateurs

Soustraire la gestion de l’eau au privé permet aussi d’en baisser les coûts.

Un euro de moins par mètre cube d’eau potable. C’est, en moyenne en France, la différence de coût (1) entre une gestion confiée à une entreprise privée (3,50 euros) et celle attribuée à une régie publique (2,50 euros). Pourquoi une telle différence ?

 

Pour Jean-Luc Touly, président de l’association pour un Contrat mondial de l’eau (ACME), il n’y a pas de mystère ou presque : « quand trois entreprises privées, Véolia, Suez et pour une moindre part la Saure se partagent 80 % du marché de l’eau en France, il n’est pas étonnant que l’eau soit chère. » Et souvent plus chère. Ces marchés étant attribués pour de longues périodes, le consommateur devient captif de l’entreprise privée, qui lui apporte l’eau, mais aussi les factures. Résultat : il ne peut en changer individuellement.

Exemple en Île-de-France. Le SEDIF, syndicat qui regroupe 142 communes de banlieue, a délégué depuis 1923 la gestion de l’eau à la Compagnie générale des eaux, aujourd’hui Véolia. Premier contrat courant de 1923 à 1964, deuxième contrat de 1964 à 2010. De la très longue durée… Quel constat aujourd’hui ? 4 euros le mètre cube pour ces 140 communes. Pourquoi un tel prix ? D’autant que les élus sont nombreux à s’en plaindre aujourd’hui. Pour Jean-Luc Touly, il s’agit bien d’ « un manque total de transparence et même une volonté de complexifier » pour masquer la réalité des profits. Ainsi, toujours à propos de Véolia et du SEDIF, des syndicats du comité d’entreprise évoquaient il y a quelques années une possible surfacturation des charges de personnel : + 270 % sur les factures ! Interpellée sur ce sujet, la direction de Véolia refuse de répondre.

Autre exemple, qui a fait scandale il y a peu, celui des sommes prélevées sur les factures pour l’entretien des réseaux, dont 30 % sont réellement utilisées. À qui est destiné le reste de l’argent ? Plus récemment, quatre études successives de l’association de consommateurs Que choisir démontraient que sur 300 millions de facturations de Véolia, il était possible de faire 90 millions d’économie. L’entreprise a promis de porter plainte… Menace restée lettre morte. Et pour cause. Le - SEDIF, comme la loi l’y oblige à la veille du renouvellement du contrat (en 2010), a diligenté des audits. Leurs conclusions, rendues publiques le 25 septembre dernier, montrent une économie possible de 50 millions d’euros ! Au moins 90 millions pour Que choisir.

Ces chiffres montrent au moins deux choses : l’ampleur des profits réalisés et la possibilité de baisser le prix de l’eau. Ainsi, d’après les chiffres officiels de ces études, le prix de l’eau potable pourrait baisser de 10 centimes avec Véolia et de 25 centimes en régie publique. Cette distorsion entre le prix facturé et la réalité est telle qu’au moment où se pose la question du renouvellement, Véolia mais aussi Suez, qui se mettent sur les rangs, se disent désormais prêtes à des rabais…

(1) Incluant la production d’eau potable, l’assainissement des eaux usées et les taxes.

Max Staat

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents